J’ai peur de passer du virtuel au réel

10 mai 2022 | Catégorie Nos conseils pour célibataires

Dans nos articles, nous alternons le féminin et le masculin, afin de ne pas alourdir le texte avec les elle/il, les (e) ou les ·e, sauf dans les titres

Je suis entrée en contact avec un célibataire sur un site de rencontres sérieux, et nous avons des échanges que j’apprécie beaucoup. Cette relation me tient à cœur, mais j’ai peur de rencontrer cet homme face à face, j’ai peur de passer du virtuel au réel, j’ai peur de la rencontre physique.

Peur de perdre notre complicité

Sur le site de rencontre, nos échanges sont fluides, parfois drôles, nous sommes complices, proches. J’ai peur de perdre la beauté de cette relation en passant à une relation « réelle » – en réalité, la relation à distance est réelle aussi, même s’il manque beaucoup d’éléments du réel.

Il est vrai que parfois, dans un premier temps, les échanges peuvent être plus difficiles lors d’une rencontre face à face. Rencontrer une célibataire face à face ne veut pas dire que nous sommes obligés de cesser nos échanges écrits ! Ce que nous avons vécu par écrit était vrai – sauf s’il y a eu des mensonges. La rencontre réelle peut nous permettre d’avoir une relation plus complète : je connais déjà un aspect de la personnalité de cette célibataire. Est-ce que je veux l’aimer et l’accepter seulement partiellement, ou est-ce que je veux connaître tous les aspects de sa personne et de sa vie ?

Peur que l’attirance physique ne soit pas au rendez-vous

Effectivement, il y a le risque d’absence d’attirance physique, mutuellement ou de la part d’un seul des deux, et c’est pour cela que j’ai peur de la rencontre réelle. La plupart des gens ne souhaitent pas vivre une relation amoureuse sans attirance physique, et c’est normal (Voir Une relation amoureuse sans attirance physique ?).

En rester à une relation virtuelle, de peur d’être déçu par l’absence d’attraction sexuelle entre les deux correspondants, cela veut dire vivre dans ses fantasmes, être en relation avec une personne au physique imaginaire qui nous plaît, mais pas une personne réelle.

Vaut-il vraiment la peine de vivre cette relation à distance pendant des mois voire des années, avec une personne en grande partie imaginaire, plutôt que de rencontrer une personne vraiment réelle, la personne avec qui j’échange, mais telle qu’elle est, entièrement ?

En rencontrant ce célibataire, cela me donnera peut-être la possibilité d’avoir une relation amoureuse avec une personne avec qui l’attirance sera au rendez-vous. Cette relation sera réelle et sera peut-être merveilleuse. Je prends aussi le risque d’une déception, mais au moins j’aurais tenté ma chance de vivre un bonheur réel, et je pourrai cesser de me réfugier dans mon imagination, et peut-être plus tard rencontrer une autre personne, entière, avec qui une relation amoureuse sera possible.

Peur de le/la décevoir

Il est fréquent de vouloir retarder la première rencontre par peur de décevoir l’autre. C’est le cas surtout de la part des utilisateurs de sites de rencontres qui ont une mauvaise opinion d’eux-mêmes. J’ai peur de la première rencontre. Je peux avoir peur de la décevoir par des traits physiques, par mon manque d’assurance, par ma difficulté à m’exprimer oralement (voir La peur de la rencontre quand on s’exprime mieux à l’écrit). Peut-être lui ai-je caché un handicap (voir Quand faut-il parler de nos handicaps ?). Peut-être ai-je peur qu’elle découvre des traits de mon caractère qui pourraient lui déplaire, etc.

Et souvent, plus je retarde la première rencontre, plus cette peur grandit… La peur d’être rejetée, surtout par quelqu’un à qui on a commencé à s’attacher, est l’une des peurs les plus fortes.

Pourtant, si nous ne passons jamais du virtuel au réel, nous ne connaîtrons jamais un vrai amour ni un vrai bonheur. Et en fait, plus la rencontre tarde, plus l’imagination prend de place dans la relation, et plus effectivement le risque de déception grandit !

En réalité, mieux vaut se confronter à la réalité et savoir une bonne fois pour toutes si cet amour peut exister ou non. Vivre une vie entière dans une relation semi-imaginaire avec une personne que je n’ai jamais vue ne peut pas me rendre vraiment heureux.

Et peut-être qu’avec cette rencontre, ce n’est pas la déception qui se produira, mais un amour vrai et le bonheur ! Pourquoi prendre le risque de ne pas vivre ce bonheur ?

Peur d’être déçu(e)

Je peux aussi avoir peur d’être déçue par cette personne à qui je commence à m’attacher. J’ai peur de la rencontrer en vrai. Je ne veux pas renoncer à cette belle relation, je ne veux pas perdre mes illusions…

Pourtant, mieux vaut risquer la déception et à la fois tenter la chance de vivre une relation réelle, où j’aime l’autre entièrement et où je suis aimé ! Si je ne fais pas le pas de la rencontre, je ne saurai jamais si cet amour est possible.

Et si la déception est là finalement, au moins je pourrai avancer et tourner la page, pour trouver une autre relation avec une personne que je pourrai aimer dans toute sa réalité.

Dire que l’on aime quelqu’un et refuser de connaître tous les aspects de la personnalité et du physique de cette personne, ce n’est vraiment pas aimer.

Peur qu’elle/il veuille aller trop loin trop vite

Il arrive que la peur de la première rencontre soit en réalité une peur des attentes sexuelles de l’autre. Même sur un site de rencontre sérieux, les célibataires ne sont pas forcément sur la même longueur d’onde.

Je peux avoir peur de ne pas pouvoir gérer les attentes d’une personne qui voudrait des relations sexuelles dès le premier soir ou très rapidement après, alors que je souhaite attendre que nous nous connaissions vraiment, attendre d’être sûre d’être dans le cadre d’une relation sérieuse et durable.

Je peux avoir peur de vivre des relations sexuelles parce que je suis vierge, ou parce que j’ai subi des violences ou des humiliations par le passé.

Je peux avoir le désir d’attendre le mariage avant d’avoir des relations sexuelles, soit pour des raisons religieuses, soit parce que je pense que la sexualité est faite pour être vécue dans le cadre d’un engagement mutuel. Et alors j’ai peur de rencontrer l’autre parce que je ne connais pas sa position sur le sujet, et j’ai peur de sa réaction. J’ai peut-être peur qu’elle se moque de moi ou qu’elle me trouve anormal.

Ce n’est pas en repoussant longtemps la première rencontre que j’éviterai d’être confrontée à ces questions. Le moment viendra bien un jour, à moins d’en rester à une relation à distance pour toujours…

J’ai deux possibilités pour faire en sorte que tout se passe le mieux possible :

➡ Soit je mets cartes sur table et je parle de ma vision de la sexualité et de mes appréhensions à mon correspondant avant que nous nous rencontrions. Dans ce cas, plusieurs réactions possibles de sa part : il partage ma vision des choses, il accepte ma vision des choses, il est très étonné mais veut tout de même me connaître, il me dit qu’il préfère cesser les relations ou il rompt tout contact.

➡ Soit je me prépare à être ferme pour refuser d’éventuelles avances sexuelles dans les premiers temps de notre relation, et une fois que nous nous connaissons mieux, je parle à l’autre de mes appréhensions ou de ma volonté d’attendre concernant les relations sexuelles. L’homme ou la femme avec qui je vis cette relation me connaîtra alors un peu mieux et aura peut-être plus de motivations pour accepter ce que je lui propose, que si je lui en avais parlé avant la rencontre.

Il est peut-être difficile de parler de ces choses-là, que ce soit par écrit ou face à face. Mais retarder la rencontre ne peut que rendre les choses plus difficile. Il est même possible que, ayant d’avantage attendu, la célibataire que je rencontrerai aura justement plus de mal à accepter d’attendre encore avant de vivre une union plus intime.

Conclusion

La raison pour laquelle j’appréhende de passer du virtuel au réel est généralement la peur de perdre la personne avec qui j’échange à distance – sauf si je suis un escroc qui veut organiser une arnaque, ou si je corresponds avec plusieurs personnes que je veux « garder sous le coude » pour les rencontrer quand ma relation amoureuse actuelle sera terminée, mais si je lis cet article, il est peu probable que je sois dans un de ces deux cas.

Même si j’ai peur que la première rencontre me fasse perdre quelqu’un à qui j’ai commencé à m’attacher, attendre longtemps n’arrangera pas les choses, au contraire. Plus l’attente est longue, plus les attentes sont fortes, plus l’imaginaire a pris de la place, et plus le risque de déception est grand. Par ailleurs, si je repousse trop longtemps la première rencontre, la personne qui m’intéresse risque de finir par rompre avec moi, parce qu’elle veut vivre une relation réelle et non indéfiniment virtuelle.

Se rencontrer le plus vite possible est donc toujours préférable. S’il doit y avoir une déception, autant qu’elle se produise rapidement, que je puisse avancer, et sortir du célibat grâce à une autre rencontre. Et si ça ne doit pas être une déception, autant commencer rapidement à vivre les belles choses que nous avons à vivre, tout en étant libérés de cette peur de la déception !

Ces articles pourraient vous intéresser

Site de rencontre : faut-il s’appeler avant de se rencontrer ?
Sur un site de rencontre sérieux, faut-il appeler les célibataires avec qui on entre en contact, avant de se rencontrer ?
Pour vivre une relation sérieuse, faut-il tout se dire de notre passé ?
Faut-il tout dire de mon passé à la personne que je rencontre grâce à un site de rencontre ? À la personne avec qui je suis en couple ?
Lui dire « Je t’aime » avant de se rencontrer ?
Sites de rencontre : peut-on savoir qu’une personne est bien la femme ou l’homme de notre vie, avant de se rencontrer pour la première fois ?
Notre sélection de sites de rencontre sérieux
Coaching personnalisé
Des conseils issus de l'expérience
Conseil conjugal pour célibataires