Pour être attirant(e), intéressez-vous à l’autre !

6 septembre 2021 | Catégorie Nos conseils pour célibataires

Dans nos articles, nous alternons le féminin et le masculin, afin de ne pas alourdir le texte avec les elle/il, les (e) ou les ·e

Un site de rencontre sérieux comme Kinima peut vous permettre de rencontrer des personnes qui pourraient vraiment vous correspondre. Mais pour trouver la femme de ma vie, il ne suffit pas de pouvoir rencontrer des célibataires formidables. Il faut aussi être attirant pour elles.

Ce qui me rend attirante, ce n’est pas d’abord d’être introvertie ou extravertie, d’avoir telle corpulence ou d’écrire le français sans faute d’orthographe. Ce qui rend attirant, c’est d’être soi-même, ce que l’on est profondément. Tout être humain est formidable quand il est vraiment lui-même. Et l’on devient soi-même en se décentrant de soi-même.

Ce qui n’est pas attirant

La souffrance a tendance à me faire regarder vers moi-même. De plus en plus, je ne pense qu’à ma souffrance, et le monde extérieur m’intéresse dans la mesure où il peut me procurer un remède contre cette souffrance. La souffrance du célibat peut être très profonde, et elle peut avoir cet effet.

Celui qui est centré sur sa souffrance se rend moins attirant de deux manières :

• Il ne montre pas ce qu’il y a d’unique, de beau en lui, il ne fait pas découvrir à l’autre ce qu’il est vraiment. il ne rayonne pas.

• Il a tendance à ne s’intéresser aux autres que dans la mesure où ces autres peuvent lui apporter un soulagement : l’écouter parler de sa souffrance, devenir sa « moitié » pour sortir du célibat…

Si je m’intéresse à une femme uniquement parce que j’espère qu’elle va me faire sortir du célibat, cette personne ne va pas sentir que je m’intéresse vraiment à elle. Si je me désintéresse des femmes que je rencontre quand je me rends compte que cela ne peut pas coller pour me mettre en couple avec elles, c’est le signe que je ne m’intéresse pas vraiment aux personnes, mais seulement à ce qu’elles peuvent m’apporter. Et ça, ce n’est pas attirant.

Comment laisser plus de place à l’autre

Ce n’est pas si simple de se décentrer de soi-même, surtout quand on souffre. Pourtant, se décentrer de soi-même, c’est ouvrir la porte à toutes sortes de nouvelles expériences avec les gens que je connais et les autres. Pour changer d’attitude intérieure, et devenir plus rayonnant à l’extérieur, des petits actes concrets sont possibles :

• Je souris à l’autre.

• J’écoute vraiment l’autre quand il parle. Je ne le coupe pas. Je ne ramène pas la conversation tout de suite vers un sujet qui m’intéresse plus, je laisse l’autre développer le sujet qui l’intéresse. Je pose des questions pour en savoir plus. Bien sûr, au bout d’un moment c’est bien que je reprenne la parole et que je parle de moi et des sujets qui m’intéressent, pour que la discussion soit vraiment un échange. Mais quand je laisse la parole à l’autre, je l’écoute vraiment. Je n’attende pas que mon tour vienne en étant inattentive : je m’intéresse à l’autre.

• Si la personne que j’ai devant moi n’est pas éligible pour me faire sortir du célibat (mauvais sexe, mauvaise tranche d’âge, mauvais centres d’intérêt…), je m’intéresse aussi à elle, je prends le temps de l’écouter. Ce n’est pas du temps perdu, cela transforme ma façon d’être, et la façon dont je serai aussi avec la femme ou l’homme de ma vie.

• Je prends du temps avec mes amis, j’essaie de m’en faire de nouveaux, je passe du temps avec eux et je m’intéresse vraiment à eux et à leur vie. Tout ce qui me détourne de moi-même et me tourne vers les autres, gratuitement et non pour ce qu’ils peuvent m’apporter, me transforme positivement. Avoir des amis qui m’aiment contribue aussi à me changer positivement.

• Je cherche les occasions de rendre service.

• Quand je parle de moi, j’essaie de ne pas trop parler de mes difficultés. Si je me présente à quelqu’un, j’essaie de parler des aspects positifs de ma vie. Je peux parler de ce qui est difficile, mais pas trop longtemps. Et surtout j’essaie de parler de sujets qui m’intéressent mais qui n’ont rien à voir avec moi-même. Bien entendu, je peux avoir des personnes spéciales qui me soutiennent (thérapeute, ami très proche) à qui je puisse confier tout ce que j’ai sur le cœur.

• J’essaie d’avoir des centres d’intérêts variés qui me fassent penser à autre chose qu’à moi-même, qu’à ma souffrance, et qui me donnent quelque chose de plus à partager avec l’autre.

Ces petits moyens ne concernent pas tous directement ma relation avec mon futur conjoint, mais ils provoquent un changement global qui me prépare à faire une rencontre qui puisse aboutir au grand amour.


Les sites de rencontre sont des moyens de mise en relation, qui me permettent de rencontrer des célibataires avec qui j’ai des affinités. Pour que l’une de ces rencontres puisse aboutir à un couple heureux, il est nécessaire que chacun des deux aient envie de donner et de recevoir, d’écouter et de partager. Que je sois célibataire à Paris, à Lyon ou au Luxembourg, la célibataire que je rencontrerai aura envie d’en savoir plus sur moi seulement si je m’intéresse vraiment à elle.

Des profils agréés
Un accompagnement personnalisé
Des conseils issus de l'expérience
Une équipe à votre écoute